Les surnoms Patois

Los surnoms Dé lô tin, notraï gran-parin et méme avant, ayons l’habitude de bayè dâ surnoms ô moude. A cause ? Chié nou, cou aye le Gran Biomy ? Mon père, le Miarle, mais tou cou venave de loin, parce que i-z-ayon bien prin et cou é-z-en aye din la famille que sifflavon tou le tin Le Lapin, ô-l-éye tourjou din lâ tchérâ cacha pa villè lâ bargièrâ et iou bargi que zanâvon lé rendre visite, et méme qu’i fazâvon pâ de mô ô zanâve ô dire à tou le moude et méme ô z-ô rallongeave. La Vapeur, ô travaillave si vite que le moude l’avon pâ le trouvè à dire. D’un champ à l’autre, i l’appelâvon mouétou le Caillou. Lô Rollet, i sé pâ de cô couta cou venâve. Le Jô Nin, cou datâve de lontin, me i l’é tourjou intindu appelè ma cou. Les Polites, i sé tourjou pâ. Le village vesin, cou é-aye un noma Geay, i l’appelâvon Jaya, cou éye plu vite di. Cou é-z-aye le Coucou. Biô qu’ô-z-anâve nichè dé le ni dâs ôtre ? Mais tou coutchi, cou plésâve pâ à tou le moude. Un jou de batteuse, mon père fasâve tourjou lô pailli, parce qu’ô lô fasâve bien et tou le moude savion pâ fouère. Le patron fasè moutè vâr se, pa l’édè à prechè lâ bottâ, le Lapin, le Jaya, le Coucou et le Jô Nin. Cou é-z-aye tourjou dâ far-çou : « t’â bien chôsi ton moude su nô, su l’pailli. Ambé un bon co de carabine, te fayâ un bon civet ambé le lapin, un jô au vin ambé le Jô Nin, mais le Miarle, le Coucou et le Jaya, cou é mâ bon dé na grosse trèfle. Le Lapin, vexa, devalè dô pailli et i l’avon plu vedju de la journâ. Ma cou plésâve pâ, chié nou et notre famille, n’appelâvin le moude pa iou nom et iou prénom. Quand i me disâvon dâ surnom, me i counéssâve pâ. É méme, i-é écouta dire dâ viu que cou aye los Moutonniérâ, lâ Barettâs et d’autraï qu’i ne me rappele plu.

Lydia DUMONT