Les Baux


Les baux aux XVIII° et XIX° siècles à Lalizolle.

 

Il semble à la lecture de très nombreux beaux passé devant les notaires des environs qu'il existait trois types de baux relatifs aux cultures  :
le bail-à-ferme
le bail de cheptel
le bail à mi-fruit. 

Bail-à-ferme.


C'est un document dont les termes sont assez semblables quelque soit le notaire.
Est nommé d'abord le bailleur et ses qualités (activité, lieu de résidence), la durée du bail qui est de trois années mais qui semble renouvelable une ou deux fois, puis le preneur et ses qualités.

Le bailleur.
« A comparu Jean Vivier dit le chiffre citoyen demeurant au bourg et paroisse de Lisolle lequel de gré a donné à titre de colouage pour trois années, de troix à six et de six à neuf ».
Le preneur.
« à Jean Giraudet dit Boudard citoyen demeurant au lieu de Chalouze dite paroisse de Lisole présent et acceptant ».
Vient ensuite la description des terres affermées (acensées) : cette description peut se résumer à une référence ou bien être détaillée

Description de l'objet du fermage.

« un petit domaine au labourage de deux …. situé audit village de Chalouze de la consistance duquel le preneur a dit être certain pour l'avoir fait valoir à moitié »

Puis sont développé les devoirs du preneur et la somme représentant le montant du bail.
« a promesse en jouir du tout en bon père de famille sans y commettre aucune … ni dégradation, sera tenu le preneur de donner aux terres les façons nécessaires en terme et saison convenable, et entretenir les prés et terres et paturaux bien clos et bouchés, et les rases … et epinasses en sorte qu'ils soient toujours en bon état de fauche, sera tenu le preneur d'engranger les foins les pailles à ses frais pour en nourrir les bestiaux qui seront à sa charge et de faire engraisser les terres sans pouvoir en divertir ailleurs, de faire tous les charrois nécessaire pour le compte du bailleur et pour lui sans pouvoir en faire pour autrui ».

Le preneur « donnera pour survivre un septier d'avoine à chaque jour de St Martin, quatre poulets à la St Laurent, huit livres de beurre et douze livres de fromage, fournira trente gros (gluis) de paille lorsqu'ils seront employé sur les bâtiments au domaine le preneur, servira et nourrira l'ouvrier et le bailleur fournira le pain déclarent les parties qui .. revenir audit du domaine est de quatre vingt livres à la part du propriétaire ».

Le preneur reconnaît tenir « pour quatre cent livres de gros bestiaux et quarante huit brebis à raison de cinquante sols pour chaque défaillant ou excédent, lesquels bestiaux ledit preneur promet de bien garder et faire garder à manière qu'ils ne leur arrive aucun accident par sa faute aux peines endroit ne pourra en vendre ni changer sans le consentement du bailleur pas même le croit. Le cochon et les oies se partageront par moitié ».

Et pour terminer, la date et les témoins, qui signent ou non.
« en présence de François Frétier citoyen demeurant en cette dite paroisse de Nades et de Pierre Autier garde de bois de la même paroisse soussigné avec nous quant aux autres ont déclarés ne savoir signer de ce enquis »

Bail de cheptel.


La structure générale du document est la même.

Le bailleur.
« A comparu Jean Matinier marchand cabaretier demeurant au lieu des bois de Nades paroisse de Lisolle lequel a donné et donne par ces présentes à titre de cheptel et non croit ».

Le preneur.
« à Mathieu Souilhat journalier demeurant au village de Boënat paroisse de Lisolle ci présent et acceptant ».
C'est la partie relative aux objets du bail qui est différente puisqu'ici on fait la liste des animaux termes du bail
« deux bœufs pour cent vingt trois livres une vache pour quarante sept livres douze brebis pour quarante livres et deux cochons pour dix livres le tout en pure vente faisant au total la somme de deux cent vingt livres, ».

Une évaluation du prix des animaux est faite et le preneur s'engage à les rendre à l'identique.
« lesquels bestiaux ledit Souilhat a promis de nourrir soigner et héberger de manière qu'il ne leur arrive aucun accidet par sa faute à peine de supporter seul la perte en cas contraire le profit ou la perte seront partagés par moitié , ne pourra le preneur en conduire aucun en foire et marché sans le su et consentement du bailleur ni les vendre troquer et échanger sans la participation du bailleur et la garantie le preneur a obligé ses biens ».

La conclusion.
« Car ainsi et obligeant et soumis et fait et passé au Bourg et paroisse de Nades étude du juré soussigné après midi le vingt six mars mil sept cent soixante dix en présence d'Antoine Tinardon journalier et de Gilbert Lacroix garde des bois de Nades demeurant en ladite paroisse de Nades lequel Lacroix a signé avec nous quant aux autres ont déclaré ne savoir de ce enquis »

Bail à mi-fruit.


Toujours la même structure, la différence tient dans la façon de rétribuer les bailleurs : la moitié de tout ce que produit les terres ou bestiaux.

Le bailleur.
« A comparu Henry Gauminet fendeur demeurant en la paroisse de Lisolle lequel de son gré a reconnu et donne par les présentes à titre de bail de ferme pour six années entières et consécutives »

Le preneur.
« à Jean Giraudet sabotier demeurant en ladite paroisse de Lisolle présent et acceptant ».

Les terres affermées.
« une terre contenant environ six quartillés au terroir de … en ladite paroisse de Lisolle dont ledit preneur a dit avoir parfaite connaissance et promis à en jouir en bon père de famille sans en commettre aucune dégradation »

Les clauses.
« le preneur prendra la moitié de la récolte et toute la paille s'il a fourni le fumier ….moyennant la somme de cinq livres pour chaque année »

Les témoins.
« en présence de Mathieu Guiot cabaretier de la paroisse de Naves et d'Antoine Cante sergent demeurant au village des Goujards paroisse de Servant, soussigné avec nous, quant aux autres ont déclarés ne le savoir de ce enquis »

Sources Archives Départementales de l'Allier, contrats notariaux numérisés.