La dame Patois

L’é vindjio jusque chiai nous sans savaïr’ que l’é resterio et pi que l’nirio jusqu’au bout, par dessus tout nous aimerio. L’é z-a praïe un mari, quai, au biô saïe de ses noces, a c’minça mais n’a compraïe qu’cou sio in sacerdoc’. Car soun ôvrag’ le l’a éma bin moué que tout, in-na passion in grind devaïr, in vraïe métchi, tout plein d’amaour, d’abnégachion. De descindinc’, le n’a pas, mais n’éyant tous sôs infints que l’n’ayo dju, mais que l’éma, se baillant en autre maman. Combin d’cos le nous souégno, n’hésitint pas, pa nous garir, a nous baillait c’que l’ayo, ne songint qu’à not’ av’ni. Combin d’cos le nous dissait : « Y sou étchi mais ou é par vous, y baillou c’qu’y é appraïe, et vous l’appenré jusqu’au bout. Et de moural’ la leçon que c’mincio journâ, suivio de la récitachion et pis d’aut’ activitas. Histouèr’ ou bin géographio, le calcul et vocabulaïre, a chaqu’ jou avins appraïe les sciinces d’not’ tsuar’. La pouliteuss’ éyo d’maïs’, et à chaque co fio a l’écol’ ou bin à l’éyès’, dir’ bonjou à quaï passio mais bin souvint d’les punichions ant fouait purait tous câs infints, ou priva de récréachion, Mais pa pouvaïr’ dev’ni grinds. oui mais quind n’in é infint, ne sachint pâs qu’ cou é pa nous, c’les chos’s tchi ne n’compeurnins. Pa not’ bien, et pi ou é tout. L’a tourjou saubu respectai tout qu’éyo autermint, les différinc’s et les idâs, en cachant bin sôs sintimints. Anu, combin d’inseignins vôriant bin sins hésitachion nai fouèr’ à cinquint’ infints, en class’ unique, la l’çon. Dô nouviô vindju de cinq ans au certificat d’étchud’, ambé amaour’ pa câs infints, ne queurgniant pas la vio rud’. Agour’, l’é pu tchi, dins son méti l’a léssa son amaour, sa sinta, sa vio, et sôs infints avint t’a. Paichiens nous nous souv’ni de tout c’que l’nous a bailla, de soun amaour’, de sôs sourir’s La DAME que nous a enseigna.

Grosbost Henri