J'avais 12 ans Patois

Y ayo douze ans et demi
Cou é z-ayo déjà pas mal de tin que le moude en parlâvont. Aprés lâs salutations d’usage, lâs question su la santa, lâs mouéssons, lâs vindingeâs, cou é de la guerre qu’y parlâvont.
Cou é z-ayo quâs qu’é queurzâvont pas : « l’armemint é devindju trop important de chaque couta… Et pi n’avint la « lign Maginot… Y-oseront pas ! »
Cou é z-ayo quâs qu’en ayont pao c’ma n’tro grand-mère qu’ayo pardu son garçon en saze ! Et que tremblâvo pa môs fréres !
Cou é z-ayo quâs que la redoutâvont dépu longtin c’ma le Gibert : « Y-avons pas digéra l’armistice. Y vont nous la fouère payâ châ ! »
Pa nous, lôs gamaïns, la guerre, l’édée de la guerre eyo coutumièro. Cou é z-ayo lôs souvenirs vivants de la darnièro. Tous quô moude que purâvont inquèrâ un être cher. Cou é z-ayo lâs veuvâs, lôs orphelaïns, lôs blessas, amputa souvent, et tous quâs nous su le monumint aux morts…
A l’écolo, lâs leçons et le livre d’histoire glorifiâvont lôs traïs maréchaux : Joffre, Foch et… Pétain. La morale et l’instruction civique fleurissâvont au tableau et n’écrivâvins « Patrie » dambé na majuscule ! A la mouéson, cou é z-ayo la notro de guerre, qu’lo que le papa ayo fouèto. Verdun, lâs tranchées. Ô l’en parlâvo pas souvent, ou pa petits bouts, pourtant, quand le mataïn dô certificat d’études, y vedji en exercice d’histoire : « la guerre de 1914-1918 », y m’sinti bien soulageâ !
Le vendredi proumi septembre 39, alors que lôs hommes s’eyons posa un m’ment pa fouère lâs quatre, y écouti parlè de la Pologne… L’Allemagne ayo envahi la Pologne… A qu’l’époque, la T.S.F. éyo pas inquèrâ dé toutâs lâs mouésons, aussi y sé pas c’ma la nouvello vindjè jusque chié nous ! Le ciel s’éyo assombri et, bien que lâs mouéssons éyont chabâs et que le bla eyo dé le greni, l’orage que nous menaçâvo semblâvo terrifiant ! Le dimanche traï septembre, y éyo d’vala à Sussat dambé lôs cousaïns Goubet rendre visite à de la famillo. Cou éyo le Toni et la Joséphine. Le Toni éyo charron et facteur. La Joséphine tenâvo le café et le bureau de poste-téléphone. Y me rappele de la grosso boîte aux lettres bleu-marine su le mur.
Le voyage de Chalouze à Sussat, dé le spider de la p’to Renault bleue décapotablo, éyo pas bien long. Le tin éyo pesant et l’air que nous fouaillâvo la figuro en traversant lôs bous éyo bien agéable.
En buvant la bière et la limonade, lôs adultes parlâvons… de la guerre ! … Hitler, la Pologne, lôs Anglais, Daladier, la ligne Maginot… Pendant cô tin, me, y feuilletâvo « La semaine de Suzette » que ma cousino Marcelle recevâvo tous lôs samedis.
Cô jou-tchi, « Suzette » nous apprenâvo à fouère la confiture de mirabelle ! … Et d’un seul co, à nous arrachè lâs ôrillâs, le tocsaïn s’élevait dô clochis à cinquante mètres — méme pas — à contrebas de la mouéson ! La Joséphine fasait le signe de la crou, le cousaïn Henri éyo dvindju livide et le Toni tapâvo doucemin dô poing su la tablo : « Bondju de Bondju… Bondju… » Cou é z-éyo ! La guerre éyo déclarâ !
Cou é pu tâ, bien pu tâ qu’y m’sé rendu compte que cou é quô jou-tchi que chabâvo l’enfanço c’ma chabâvont l’été, lâs vaquinçâs et… l’insouciance de « La semaine de Suzette »…
Y ayo douze ans et demi !
Simone DESCHAMPS