Battage au fleau Patois

Le battâge ô sliô
É pinse que dé n’tro région, avan qu’apparésson lâ batteuse, don é-z-ignore la dato, le guére de récolto que chacun ayo, qu’éro mâ bien de la slie, éro bat’sudo ô sliô, à l’arrièro sésu. L’airo de la gringeo z-éro fouetto ambé de la tsuaro grasso bien damâdo. S’l’battan, é-z-étalâvon lâ gerbâ déliadâ pa en fouèr’ un-na coucho de djiéï à duze centchimètre d’ép’sou. Iuno, doua ou traï persunâ, en bien s’accourdan, tapâvon ambé lô sliô s’la récolto un bon m’ment.
Apré, la coucho z-éro virado et lô sliô requ’mençâvon a tapâ. Apré, ambé la fourcho, la récolto z-éro biens’coudsudo, la paillo liâdo en bottâ. Ambé le ratsô, é massâvon lô pu grô megnu de paillo et d’épige. Le grain éro maï dé d’lâ paillassâ pa étre vinta ambé l’van.
Apré, un’ôtre coucho de récolto z-éro écartâdo s’l’battant et ainsi de suito jusqu’à la darrièro gerbo

É counésso pâ le m’ment de l’appa’ition d’lâ batteusâ, mais aussi loin qu’é m’rappel’, cou é-t-à-djire dé lâ nadâ d’jaï nô cin vaï-t-quatre, vaï-t-saï, la batteuso z-éro actionado pa un-na grosso locomobil à vapeur app’lâdo chaudièro.
Pa que c’la machino vir’ et fâsse virâ la batteuso, fourio de l’aiguo et dô charbou pa la chauffâ. Pa avaïr unna batteuso et un-na chaudièro, cou coutâvo châ. Qu’ayo guèr’ d’entrepreneurs. É m’rappel’ qu’à Chôv’gny, lô pu grô propriétairaï, câ qu’ayon vleu à djaï hectares, s’éron associa pa ach’tâ un-na batteuse et un-na chaudièrô, au nu de sociéta de Chôv’gny. Cou l’é proumet’chio de battre quand é vourion. É-z-entreprenâvon lô battageaï dé tu Chôv’gny.
Quand qu’arrivâvo la sésu, é-z-embauchâvon dou z-homaï for de la queum’no, é m’rappel dô Touèn’ MANSAT et dô Jules BIDET, qu’éro lô mécaniciens. I s’djions le matériel de fermo en fermo ; é couchavon chez le paysan bien souin ; dou co par jou, é metchion la batteuso s’d’lâ calâ, bien d’nivô et la chaudièro mouétou. Le matse, é se l’vâvon d’abouro pa chôffâ la chaudièro, relevâ le grand tuyo que ser’vissio de chaminado.
É met’chion tutâ lâ courroies, é fasion le gréssage ; à sulaï leva, tu éro praï, le Touène tchiravo s’le fiol et l’battâgequeminsâvo. De fermo en fermo, la chaudièro et la batteuso z-éron déplaçâdâ bien souin ambé dâ vachâ, qu’ayo guér’ de fermâ qu’ayon dâ baeu ; lô mécanicien surveillavon le déplacemin. Dé lâ nadâ trente-si trente-neu, qu’agué dâ z-entrepreneurs qu’ach’téton un tracteur à bindage. Pa fouère virâ la batteuso,
cou nâvo, mai pa la déplaçâ, cou patchinâvo. Ambé l’arrivâdo de câ chétchi tracteurs, la sociéta de Chauv’gny sombrè et vindè son matériel.
Le tin d’la guerre, qu’ayo pâ d’pétrole, lô z-entrepreneurs ach’téton dâ grô moteurs électriques posa s’un-na pts’to remorquo ; ambé dâ grandâ tigeâ, le courant z-éro prin directemin s’lâ lignâ ; quand cou fursavo trop, lô plomb sôtâvon, le battage z-éro arréta, dâ co dâ z-urâ.
Apré la guerre, lô tracteurs revinguéton ambé bien moué de puissanço et dâ bons pneus. La batteuso pa elio mémo z-ayo pâ bien singea, mais le travail seguè améliora ambé l’arrivâdo dô mouto-gerbâ, de la présso et de son mouto bottâ ; la paillo z-éro liâdo et lâ bottâ nâvon tutâ sulâ s’l’pailli. Qu’ayo mouétou le lanço-balle ; lô sâ d’grain zéron éleva à iôtou d’homme. Tutâ qu’lâ n’vlota supprimavon dâ z-ôvri. La batteuso z-éro déplaçâdo ambé l’tracteur,
qu’ayo pu b’zoin de de vachâ ni d’baeu. Mais ma que n’arréto pâ l’progrès, â z-alentou de d’jiai z-nô sin soixante, lâ méssuneusâ-batteusâ vinguéton ô paï ; dé iou débu, lâ zéron pâ bien ô poin, qu’en o bien que continuéton ambé la lieuso et la batteuso inquérâ côquâ nadâ, mais ôro, qu’é bien foura dé lô moeurssaï. Maleureusamin, mémo ambé tutâ c’lâ n’vlota, qu’o pu guér’ de paysan dé n’trâ campagnâ. Un ôtre co, é vou parleré d’la prépa’ation et dô jou de la batteuso.
É vou z-ar’miasse de m’avaïr’ écouta.
Robert DURANTEL